Archive for the 'Philosophy' Category

Daniel Pink – Motivation

Software developer

A man is flying in a hot air balloon and realizes he is lost. He reduces height and spots a man down below. He lowers the balloon further and shouts: “Excuse me, can you tell me where I am?”

The man below says: “Yes you’re in a hot air balloon, hovering 30 feet above this field.”

“You must be a software developer,” says the balloonist.

“I am,” replies the man. “How did you know?”

“Well,” says the balloonist, “everything you have told me is technically correct, but it’s of no use to anyone.”

The man below says, “You must work in business as a manager.” “I do,” replies the balloonist, “but how did you know?”

“Well,” says the man, “you don’t know where you are or where you are going, but you expect me to be able to help. You’re in the same position you were before we met but now it’s my fault.”

Source: Coding Horror

Protected: La motivation

This content is password protected. To view it please enter your password below:

Getting things done

Objectif
J’écris ce message dans le but d’aider plusieurs d’entre mes amis qui semblent avoir des difficultés à se pousser à accomplir certaines tâches. Il s’agit ici d’une méthode élaborée par David Allen, l’auteur du livre Getting Things Done. GTD est une méthode simple qui a pour objectif de regrouper l’ensemble de ses tâches pour ensuite les sous-diviser en sous-tâches qui seront facilement accomplies. La méthode que je présente ici est tirée de cette méthode, mais plus spécifique aux tâches de nature

À prendre avec un grain de sel
Toutefois, je dois vous avertir. Bien que la méthode ait pour objectif de vous aider à focuser sur votre travail, il peut arriver que de la surutiliser puisse mener à une démotivation. En effet, si vous en venez à décortiquer vos tâches en une centaine de petites tâches, vous vous rendrez alors compte que vous en aurez pour un bon moment avant d’avoir fini. L’idée ici est simplement qu’il vous faudra être persistant et patient. Puisque vous avez un plan, vous serez donc en mesure de vous approcher peu à peu de votre objectif final. Il est sûr que ce n’est peut-être pas aussi excitant que d’accomplir quelque chose d’un coup, mais si vous ne faites rien de tous vos petits moments passés à ne rien faire, vous pourriez accomplir pas mal de travail et être possiblement plus satisfait.

Ce que je tente de dire ici, c’est simplement qu’un gros projet ne s’accomplit pas de lui-même. Aussi, même si votre projet s’étale sur plusieurs jours/semaine/mois/années, et qu’il se complète, cela est déjà beaucoup mieux que de n’avoir jamais rien fait de son temps (je parle spécifiquement à ceux qui regardent trop Facebook pour perdre leur temps ou encore YouTube, mais pas ceux qui ont des objectifs spécifiques envers ceux-ci).

GTD, en gros
Bref, revenons sur le sujet. GTD est composé d’un ensemble d’étapes:

  1. Rassembler toutes les tâches qui doivent être accomplies
  2. Définir le type de tâches
  3. Former un plan d’action
  4. Agir (ou déléguer)

À la base, GTD s’applique sur des documents format papier. Il permet de définir ce qu’on doit faire pour toute “donnée”, que ce soit un chèque, une lettre d’un ami, le besoin d’acheter une lampe, un livre, des questions que l’on se pose, etc. Tout ce qui est dans notre tête et qui perturbe notre focus mental devrait être écrit sur une feuille de papier. Il est suggéré que d’écrire nos pensées sous forme papier libère l’esprit et je suis de cet avis. De cette manière, vous savez que vous avez un endroit où cette pensée se trouve et vous serez en mesure de repasser dessus à un moment donné.

Passons donc à chacune des étapes et voyons ce qui doit être accompli.

Voici quelques aides-mémoire qui pourrons rapidement vous remémorer les quelques concepts imports de la méthode.

Rassembler toutes les tâches qui doivent être accomplies
Premièrement, il s’agit de mettre à un même endroit toutes les tâches qui doivent être résolues. Un endroit commun a pour objectif de permettre à notre esprit d’être à l’aise avec le fait que certaines pensées ne seront plus transportées avec nous à longueur de journée.

Commencez donc par faire une liste de toutes les tâches que vous avez à faire pour les prochains jours, puis les prochaines semaines et ainsi de suite. Par la suite, demandez-vous quels sont les problèmes que vous avez actuellement et qui perturbent votre focus lorsque vous essayez de travailler. Finalement, regroupez toutes les lettres, textes, messages et autres sur lesquels vous devez poser une action (ou pas). On fait ça pour pouvoir ensuite passer à travers et déterminer ce qu’on doit faire de chacun des items.

Définir le type des tâches
Pour chacun des items que l’on a, on doit décider de quel type de tâche il s’agit. Est-ce un item qu’on doit éliminer? Garder pour être revue plus tard (on ne peut rien faire pour cette tâche actuellement) ou encore un item qui doit être gardé comme référence?

Si on peut s’en débarrasser, alors on le jette et on ne se pose plus de question.
Si on doit le revoir plus tard, on le transfère dans la pile à être revue. Vous pouvez définir comment vous voulez revoir vos documents (chaque jour/mois/semaine/etc).
Si l’item est gardé comme référence, il faut s’assurer de bien le classer. Un document mal classé est l’équivalent de ne pas avoir de document et aussi bien l’avoir jeté.

Former un plan d’action
Pour chacune des tâches qui nécessitent une action de votre part, vous pouvez définir un plan d’action. Il s’agit ici de lister les grands points de la tâche que vous aurez à accomplir. Dans mon cas, j’aime bien définir l’ensemble de la tâche à accomplir et si certains éléments sont à ajouter, je le fait au fur et à mesure. La méthode GTD elle, dit simplement de définir quel doit être la prochaine tâche que vous devez accomplir afin de faire avancer votre tâche.

Je préfère définir la tâche au complet car cela me permet de déceler les problèmes plus tôt et ainsi faire une planification. L’objectif est de me permettre d’optimiser ce que j’accomplis. Si je suis en mesure de définir un ensemble de tâches qui peut être accompli d’un coup à un même endroit, alors je viens de me sauver beaucoup de temps. Un exemple grossier serait une personne qui fait une liste d’épicerie avant d’y aller. À l’opposé, ne pas faire une liste, et aller à l’épicerie, item par item, ne serait aucunement efficace. Bien que l’exemple soit bête, c’est un très bon exemple de compactage d’activités.

Agir (ou déléguer)
Avec votre prochaine action de définie, il ne vous reste plus qu’à faire celle-ci. Une tâche ne peut tristement pas s’accomplir par elle-même et il vous faudra donc mettre les efforts requis pour la mener à terme. En ayant suivi ces étapes, vous vous sentirez probablement un peu mieux de savoir que votre projet avance, même si ce n’est qu’à petits pas.

Dans mon cas, j’ai adopté cette mentalité surtout puisque j’ai remarqué que je perdais beaucoup de mon temps à ne rien “effectuer” du tout. Naviguer sur Internet de part et d’autre sans aucune raison, lire des articles sur l’informatique sans objectif précis, avoir des discussions sans but sont quelques-uns des exemples de ce que je faisais. Et je ne suis pas fier de dire que c’était du temps bien employé.

Conclusion
Avec un peu de travail, même un 5 minutes par jour, on peut accomplir vraiment beaucoup de travail. Je crois qu’il vous faut voir à long terme, et arrêter de vouloir tout de suite. Par exemple, 5 minutes par jour pour apprendre une langue, ça représente 30h d’apprentissage par an. Ce n’est peut-être pas beaucoup, mais sachant qu’un enfant commence généralement à apprendre l’anglais vers la troisième année du primaire et à s’en servir tous les jours (écouter la télévision ou encore servir des clients anglais) vers le secondaire 5, ça fait presque 8 ans d’apprentissage, et donc 240h. Vous voyez, avec le temps, les choses peuvent prendre beaucoup d’envergure, enfin, seulement si on leur en donne.

La société idéale

Étant donné nos différentes origines ainsi que les enseignements que nous avons reçus depuis notre jeunesse, chacun de nous a une conception de ce que pourrait être une société idéale. À la base de cette société, il faut toutefois être capable de déterminer si celle-ci devrait être spiritualiste ou matérialiste. De mon point de vue, je crois qu’elle devrait être spiritualiste. Il faut toutefois que je mentionne que cette spiritualité se base sur la rationalité et non sur le fait qu’il existerait un dieu qui contrôle notre existence, un peu comme les bouddhistes. Une société basée sur le spiritualisme recèle une meilleure qualité de vie puisqu’elle est à la base même du développement personnel, ce qui amène l’évolution de toute la société par un être. Lorsqu’un individu développe une meilleure compréhension de son soi-même, il commence à acquérir une paix intérieure et une plus grande confiance en lui-même. De là découle une moins grande portance à agir de façon violente. Je n’opte pas pour une société basé sur les religions puisque cela amène chacun à avoir sa propre interprétation des écritures de leur religion ce qui crée de la division au saint de la société. La société étant à la base composée d’individus, il faut aussi déterminer si elle doit porter son attention sur les institutions (politique) ou sur l’individu même (éthique). Je prône une société éthique car selon moi, c’est en ce développant soi-même qu’on permet à la société de se développer. Une société plus instruite est une société qui est plus apte à accepter et faire de bonnes décisions. C’est en se comprenant lui-même avant tout que l’individu aura une meilleur compréhension des autres par la suite. À travers les prochaines pages je vous décrirez six thèmes qui ont une place importante dans ma société idéale, ils sont : l’éducation, le travail, les rapports interpersonnels, les transports, la science et finalement la discipline personnel. L’élaboration de chacun de ses thèmes vous permettra de comprendre pourquoi une société éthique et spirituelle permettra à notre société actuelle de devenir une société idéale.

L’éducation occupe une place très importante dans ma société idéale car c’est la source primaire de puissance économique. En effet, lorsqu’on a une meilleure connaissance, on peut inventer de meilleures choses et faire avancer le progrès. De plus, on remarquera qu’à travers les siècles, se sont ceux qui ont été capable de démontrer le plus d’intelligence et d’audace qui ont été placé comme chefs. Ainsi, en devenant plus éduqué, on s’assure que notre société sera formée d’individus qui sont compétents et qui démontre des aptitudes de chefs. J’ajouterais aussi que puisque la société ce compose d’individus, il est important que celle-ci soit informé à propos des règles et lois qui régissent notre système. Il vaut mieux être dans une société de personnes compétentes que de personnes incompétentes, car cela ne fait pas progresser la société dans laquelle ils font partie. Je crois que le système actuel de niveaux est acceptable mais j’y ferais quelques modifications. Au niveau de l’école primaire, je crois qu’il serait bon de former des classes dans lesquelles on ne retrouverait que des élèves forts et d’autres classes où les élèves seraient plus faibles. Cette approche permettrait ainsi aux étudiants qui ont plus de difficultés de progresser à un rythme qui leur est peut-être plus acceptable que de devoir ce contraindre à suivre une classe qui va trop vite pour lui. Néanmoins, certains élèves voyant ce genre de fonctionnement pourraient se dire qu’ils peuvent simplement prendre les cours plus lents. Cela ne sera pas à leur avantage car si un élève fait preuve de talent et qu’il est dans une classe d’élèves forts, il aura la possibilité de passer à des classes supérieures jusqu’à ce qu’il atteigne un niveau qui sera à sa hauteur. Au niveau de l’école secondaire, j’ajouterais des cours sur le développement personnel ainsi que sur les relations interpersonnelles. Avec l’arrivé des technologies, les adolescents commencent de plus en plus à s’enfermer chez eux ce qui les mènes à avoir plus de difficultés et d’anxiété lorsqu’ils sont dans un environnement sociale. Ils n’ont pas les connaissances du comment faire alors ils ne préfèrent rien faire. Le cours sur le développement personnel aiderait donc ces adolescents puisqu’il aurait comme but premier de permettre aux individus de développer un caractère unique sur lequel ils peuvent se tenir, avoir confiance en eux-mêmes. De cette façon, on améliore l’image que les individus ont d’eux-mêmes ce qui fait que leur niveau de bonheur se voit haussé. Rendu au CÉGEP, implanter des cours sur l’être (la confiance en soi) et le savoir-être (comment agir) permettrait aux étudiants à ne pas avoir peur d’agir par eux-mêmes et de faire preuve d’individualisme. Cette qualité permet aux individus de faire valoir leurs opinions au même titre que n’importe qui d’autre, ce qui arrive rarement dans la société actuelle où l’on fonctionne selon un mode de popularité et de bien/mal. On a trop souvent peur de se faire juger par les autres qu’on préfère rester tout petit dans notre coin. Avec ces changements, on permettrait donc à l’individu d’acquérir son plein potentiel. Pour ce qui est de l’université, je crois qu’il est essentiel d’augmenter son accessibilité en baissant les coûts reliés à ces études. De plus, on encouragerait la population à se rendre à ce niveau d’étude qui nous permet d’avoir une meilleure connaissance sur le sujet qui nous passionne (le sujet de nos études). En faisant ces modifications, on favorise l’individu à suivre des études de hauts niveaux, ce qui augmente ses compétences et élimine les problèmes de financement des étudiants qui voudraient suivre des études universitaires mais ne peuvent ce les payer. Il ne faut pas que l’argent limite les connaissances que l’on voudrait acquérir car le savoir est une chose essentielle à l’être dans une société éthique. Il faut être capable de se débrouiller par soi-même. Finalement, il faut que les gens puissent suivre leurs intérêts intellectuels et non certains concepts préfabriqués tels qu’il faut devenir médecin pour être un succès. Cet aspect est très important car il permet à l’individu d’augmenter sa liberté. L’intellectuel, guidé par ses études, aura ainsi un plus grand pouvoir sur sa vie.

Suivant les études, on retrouve le travail. C’est l’étape logique à l’étude puisque c’est pour cet emploi que nous avons étudié pendant plusieurs années. Suivant l’idée qu’il faut que les individus suivent leurs intérêts intellectuels, il faut aussi qu’ils fassent le travail qui les intéressent, et non pas celui qui sera le plus payant. Cela fait en sorte que les individus se développent par eux-mêmes en accomplissant ce qu’ils veulent accomplir et non ce que la société veut accomplir. Il est beaucoup plus motivant d’accomplir quelque chose lorsque les actions ont été déterminé par nous-mêmes et non par l’extérieur. Un travail intéressant est donc une source d’épanouissement pour l’individu. Ma société idéale étant éthique, il faut encourager les entrepreneurs à démarrer leur propre compagnies, leur fournir des formations sur le leadership, l’esprit d’entreprise et tout ce qui est relié à gérer une compagnie. De cette façon, nous valorisons les individus ayant certaines capacités à mener les autres dans la direction qu’ils croient être la plus juste. Pour encourager la création de nouvelles compagnies, l’état fournira un certain montant d’argent qui sera une sorte de cadeau d’initiative, mais pour prévenir l’abus, certaines règles devront être établies. Par exemple, on imposera une limite sur le nombre de compagnies formé par un individu qui sont apte à recevoir ce cadeau. C’est en formant de nouvelles compagnies que les individus vont faire preuve de courage et on récompense les esprits fonceurs. Si l’on retourne à l’essence de cette société idéale, le but premier est de faire croître l’individu. En étant le chef de son entreprise, cette personne prend alors le contrôle de sa vie et n’est plus dirigée par un supérieur. Elle devient alors en quelque sorte son propre patron, elle doit fonctionner par elle-même. Elle n’aura donc comme choix de se développer, afin de croître ou encore d’échouer et de retourner à un stade d’inférieur et de perdre tout le contrôle qu’elle avait acquis.

Une société dans laquelle les individus ne communiquent pas entre eux ne peut pas être une société. Bien que ma société idéale soit à prime à bord éthique, il faut comprendre qu’une société ne peut tout simplement pas fonctionner si les individus qui la composent n’échangent pas entre eux. Comme je l’ai mentionné plus tôt, l’arrivée de la technologie dans nos maisons, que ce soit les jeux vidéos, la télévision ou l’ordinateur, chacun d’eux ont contribué à amener les individus à se refermer sur eux-mêmes. Bien que certains services comme le téléphone ou les emails puissent connecter les individus entre eux, cela n’en fait pas moins qu’ils restent seuls chez eux. Les émotions et sentiments que l’on ressent face à un écran sont BIEN DIFFÉRENTS de ceux que l’on éprouve lors d’un face à face. Il est donc important que les individus forment des relations interpersonnelles réelles et non virtuelles afin de créer une société qui se tient ensemble et qui n’est pas gouvernée par un plaisir égocentrique. Il est nécessaire d’éviter le plaisir égocentrique car celui-ci peut aller à l’encontre de celui des autres, et il ne faut pas brimer les autres injustement. Cela doit se réaliser dans un état d’équilibre où chacun obtient ses privilèges de façon équitable. Selon mon expérience, une société qui serait basée sur le plaisir communautaire avant celui solitaire est à mettre de l’avant. En effet, bien que le plaisir solitaire puisse avoir ses avantages, celui-ci est incomparable au bien-être que l’on peut éprouver avec les autres. Il est beaucoup plus fort et dure beaucoup plus longtemps. Bien que nous voulions obtenir le plaisir communautaire, il ne faut pas aller à l’encontre de nos convictions et besoins. C’est pour cela qu’une société idéale se baserait sur l’honnêteté des individus. La société actuelle fonctionne sur ce qu’on appelle l’offre et la demande et c’est la même chose dans les relations interpersonnelles. On tente de deviner ce que les autres s’attendent de nous et on essaie d’y répondre le plus possible, même si des fois on doit aller à l’encontre de nos propres valeurs. Une société honnête ne ferait pas ce genre de « compromis » puisque c’est se mentir à soi-même quand on essaie de plaire aux autres. Un individu doit être capable de croire en ses capacités, sa personnalité et tout ce qui vient avec lui et vivre avec cela. Il ne doit pas se métamorphoser pour chaque personne qu’il rencontre, car l’identité est ce qu’il y a de plus important pour un individu.

Depuis l’arrivée des méthodes de transport, remontant jusqu’à la roue, la locomotion a toujours été essentielle à la survie de l’homme. Toutefois, avec l’arrivée de l’automobile, fonctionnant par combustion du pétrole, nous nous sommes rendu compte que cette méthode de transport n’était pas la plus saine pour l’environnement qui nous entoure. Puisque la Terre représente notre seule location possible actuellement et que nous sommes en train de la détruire tranquillement, il est notre devoir de trouver des solutions afin de réduire nos répercussions sur celle-ci. En promouvant les transports écologiques tels que la bicyclette, nous faisons en sorte de nous préserver un environnement sain dans lequel nous pourrons vivre. Pour les mêmes raisons, l’auto à l’hydrogène ainsi que l’auto au biodiesel devrait obtenir des subventions. La présence de transport en commun étant une très bonne solution de transport et plus écologique, il faudrait en faire sa promotion. Pour ce faire, il faudrait baisser les prix et augmenter leur affluence. De cette manière, il ne serait plus possible de dire que les transports sont trop cher où trop occupé, deux des causes majeures pour lesquelles plusieurs ne prennent pas les transports en commun.

Une société rationnelle se doit de fonctionner selon les méthodes scientifiques et c’est donc pourquoi il est important de financer les sciences. Que ce soit pour l’équipement, l’embauche de plus de travailleurs ou encore pour certains projets spéciaux, le financement est nécessaire afin de permettre à notre société d’en apprendre le plus possible. Jusqu’à présent, certaines sciences se sont vues restreintes étant donné les cas éthiques qui pouvaient s’y relier. Il est de notre devoir en tant que société de déterminer quels sont les valeurs qui sont communes à l’ensemble et qui ne doivent pas être violées. On peut prendre par exemple la bioéthique, une partie de l’éthique qui a pour mission de déterminer les normes morales qui doivent être appliqué à la recherche biologique. Puisque cette science travaille sur le vivant, il faut déterminer ce qui est moralement acceptable. Toutefois, afin ce que cela soit possible, il faudrait faire table rase à la manière de Descartes. Nous devons permettre la réalisation de certaines expériences tels que le clonage car c’est notre devoir de connaître. C’est en connaissant que nous pouvons nous aider nous-mêmes et nous procurer une plus grande espérance de vie. Lorsqu’on comprend que les expériences réalisées en laboratoire ne sont que des expériences comme tout le reste, je crois qu’il est possible d’accepter ce genre d’événement. Si par exemple, nous prenons tout les militant écologistes qui sont contre le droit de chasser les animaux puisqu’ils les considèrent autant humain que nous et qu’ils ont donc droit aux mêmes droits que nous, cela change bien notre perception de la façon dont il faut agir envers eux. Jusqu’à présent, ce qui nous sépare le plus des animaux est le fait que nous ne puissions pas communiquer directement avec eux. Mais le jour où cela sera possible, bien des choses changeront. C’est là même chose pour les expériences actuelles. Notre société doit être capable de laisser place à certains gestes qui semblent être à première vue offensifs alors qu’ils sont justifiés et pourraient être favorable à l’ensemble de la société. Pour cette raison je crois qu’il nous faudrait permettre de faire ses expériences. Toutefois, nous devrons apporter des changements dans la législation afin que celle-ci soit considérablement plus stricte de façon à assurer un meilleur contrôle sur les expériences effectuées. Pourquoi voudrions-nous faire cela? Parce que nous nous devons de savoir ce que nous ne connaissons pas encore et parce qu’il faut permettre d’effectuer certaines expériences sans être gêné par certains regroupements d’individus extrémistes. Cette législation aura pour but de s’assurer que les expériences effectuées sont justifiés et que nous ne permettons pas des gestes qui ne seraient menés que pour le gain d’un seul individu.

La discipline personnelle est extrêmement importante dans une société éthique car il faut que les individus puissent fonctionner par eux-mêmes et non selon les autres. En augmentant l’autodidactie, c’est-à-dire l’enseignement par soi-même, on augmente la débrouillardise de la population en général. Les individus deviennent ainsi compétents dans une variété de sujets, sont capables de trouver des solutions à leurs problèmes au lieu de les relayer à quelqu’un d’autre à tout bout de champ et peuvent alors faire les choses par eux-mêmes. Il ne faut pas dépendant d’une autre personne pour accomplir des tâches qui nous sont essentielles. Si on prend par exemple un professeur qui a besoin d’avoir des photocopies d’un texte pour les donner à ses élèves et qu’il doit absolument le faire photocopier par quelqu’un d’autre, alors celui-ci sera dépendant de cette autre personne. Cela ralenti alors le processus qui devient subséquemment beaucoup moins efficace. Par contre, si ce professeur a appris à utiliser une photocopieuse, il n’aura aucun problème à le faire lui-même et le processus sera alors très rapide et sans détour. Il faut que les individus suppriment ce qu’on appelle la procrastination de leur mode de vie. Cela est difficilement possible à court terme étant donné la difficulté de la chose. Un comportement prend généralement 21 jours avant d’être transformé mais cela ne veut pas pour autant dire qu’il ne reviendra pas. Donc, pour s’assurer que les individus ne procrastineront pas, il faut leur inculquer cette valeur dès leur tout jeune âge. Cette valeur prendra de l’importance dans leur vie et fera en sorte que ces individus se développeront et accompliront étant donné qu’ils ne remettent pas au lendemain. C’est une très mauvaise habitude de remettre au lendemain, car on peut se faire piéger et être pris à faire beaucoup plus de tâches qu’initialement prévu. Ce stress supplémentaire n’est bon pour personne. En faisant les choses le plus tôt possible, on s’assure d’être prêt et à l’avance, ce qui nous donne une confiance additionnelle en nos capacités. Les individus doivent aussi être poussés à dépasser leurs limites, sortir de leur zone de confort pour qu’ils deviennent de meilleurs personnes. Comme pour éliminer la procrastination, le meilleur moyen est d’apprendre très tôt, aux enfants, ce genre de valeur. Toutefois, un mentor pourra aussi bien vous aider. En effet, avoir quelqu’un d’autre qui nous supporte, croit en nous et nous pousse à dépasser nos barrières peut avoir un effet positif sur notre perception des choses. En effet, toute barrière n’est que mentale, il faut être capable de voir par-dessus et être certain de pouvoir passer à travers, même si cela requiert de l’aide et beaucoup de travail.

En conclusion, ma société idéale serait de nature spirituelle, rationnelle, et se baserait sur les individus qui la composent. L’éducation étant une base importante de cette société, il faudrait s’assurer que toute la population ait un intérêt à apprendre pour qu’il puisse se trouver un travail qui leur sera enrichissant, autant sur le plan monétaire que psychologique. Les relations interpersonnelles ont une importance extrêmement grande puisqu’elles sont à la base même du partage du savoir et il faut que celui-ci soit transmit au plus grand nombre d’individus possible. La science pourra ainsi être transmise et progresser vers de nouveaux horizons ce qui nous permettra de connaître tout ce qui peut être découvert sans aucune restriction. Peut-être pourront nous découvrir de nouveaux moyens de transports écologique et moins cher à produire? Toutefois, c’est à travers notre discipline personnelle que chacun des individus qui composent cette société idéale se développera psychologiquement et deviendra une meilleure personne.

Categories